Actualités

1 ...  

Syndrome du bébé secoué : comment le repérer et l'éviter ?

Le 28 janvier 2020

Le syndrome du bébé secoué ou SBS préoccupe de plus en plus les autorités de santé. Voilà pourquoi le nouveau carnet de santé 2018 comprend une page sur le sujet. Pour l’éviter, la prévention est la clé. Une prévention qui s’adresse aux familles bien sûr mais aussi aux professionnels de la petite enfance, tant pour eux-mêmes que pour s’en faire l’écho auprès des parents des enfants qu’ils accueillent. Le point avec Anne Laurent-Vannier, médecin, à l’origine des recommandations aux professionnels sur le diagnostic du SBS promues en 2011 par la Haute Autorité de Santé et actualisées en 2017.

                     bébé secoué

Retrouvez toutes les informations en suivant le lien des "Pros de la petite enfance" :             

https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/sante-prevention/dossiers-santeprevention/syndrome-du-bebe-secoue-comment-le-reperer-et-leviter



Lettre d’information de l’Appel des appels - Janvier 2020

Le 17 janvier 2020

 

Lettre d’information de l’Appel des appels.

 

Chers amis et signataires, de l’Appel des appels,

Vous trouverez ci-dessous quelques informations sur nos activités et sur divers sujets.

 

1. Table ronde de l’Appel des appels

 

10 ans après : que faire ?

après midi-débat

le 8 février 2020

14h - 17h

institut protestant de théologie

83 bd Arago 75014

(métro : Saint Jacques ou Denfert-Rochereau)

animée par Roland Gori et Patrick Conrath


 

Entrée libre

Attention : nombre de places limitées ; s’inscrire préférentiellement à l’adresse mail de contact (contact@appeldesappels.org)



Avec :

Charles Silvestre, journaliste
Dominique Terres, psychiatre,
Julie Caupenne, professeur  de lettres

Fabrice Leroy, psychologue  et maître de conférence
Christiane Henry, travailleuse  sociale,
Marie-José Del Volgo, Maître de conférences et praticien hospitalier honoraire
Michel Chauvière, directeur de recherches émérite, CNRS



Dix ans après l’Appel des appels, nous ne pouvons plus nous contenter d’une pétition éthique, d’une alerte sociale et culturelle. Nous mettions alors en garde sur la « casse » des métiers du soin, de l’enseignement, de la recherche, du travail social, de la justice, de la culture et de l’information. Soumis à une logique purement gestionnaire et technocratique de leurs finalités, les actes de nos métiers se trouvaient pervertis par les nouvelles formes d’évaluation calquées sur le management d’entreprise. Depuis notre appel, rien n’est venu discréditer notre analyse qui a pris corps dans l’opinion.
Nous ne voulons plus de cette « casse » des services publics qui accroît les déserts et livre les citoyens à toutes sortes de prédateurs, marchands, sectaires ou terroristes. Pour cela, il nous faut maintenant des actes. Les services rendus par nos postiers, nos soignants, nos policiers, nos magistrats, nos enseignants, nos chercheurs, nos journalistes… ne doivent plus être placés sous la curatelle technico-financière du profit immédiat, monétaire et à court terme.
Il nous faut impulser à nouveau des réflexions collectives, redonner sens et cohérence à ce qui fonde notre existence, ensemble, intervenants de secteurs professionnels divers, intervenants et participants.

 

2. Lettre ouverte au président du groupe larem à l’assemblée nationale. Indignation pour la psychanalyse

 

Texte collectif

Nous portons à votre attention notre étonnement quant à l’engagement d’une députée LaREM en faveur d’un groupe de pression réclamant que soient exclus des tribunaux, des hôpitaux et des universités la totalité des psychiatres et des psychologues se référant à la psychanalyse.

Nous avons en effet été stupéfaits de constater que Mme Martine Wonner, députée de la 4e circonscription du Bas-Rhin, membre de la commission des Affaires sociales, a apporté son soutien à une tribune stigmatisant des citoyens, professionnels du soin, enseignants, chercheurs, tous acteurs engagés de la vie sociale ; une pétition loin de ce que les citoyens doivent pouvoir attendre de leurs représentants chargés de faire évoluer et de moderniser dans la sérénité les lois qui régissent leur pays. Soucieux de voir garantie la qualité des débats qui présideront à l’amélioration du fonctionnement de nos tribunaux, de nos hôpitaux et de nos universités, nous nous tournons vers vous pour vous demander de nous rassurer quant aux options que retiendra à l’avenir le groupe parlementaire que vous présidez et vous prier instamment de veiller à en écarter tous les porteurs de discours de haine et d’exclusion, comme les colporteurs de ragots et de discours archaïques d’un temps qu’on pouvait croire révolu. Nous souhaitons d’autant plus vous entendre prendre clairement parti pour l’échange intelligent, serein, objectivement et scientifiquement documenté et démocratiquement mené, que, manquant à ce même devoir, le ministre de l’Éducation nationale a installé un Conseil scientifique de l’éducation nationale duquel les représentants de plusieurs spécialités (dont les sciences humaines non numériques) ont été exclus sans explication ni justification scientifique.

Votre groupe parlementaire ne devrait-il pas s’inscrire dans une démarche plus démocratique que ne le sont ce genre d’initiatives si peu respectueuses des intérêts sanitaires nationaux ? Ne conviendrait-il pas d’en informer nos concitoyens ? Mme Martine Wonner peut-elle légitimement conserver ses fonctions de vice-présidente des groupes d’études de la « Lutte contre les addictions » et de la « Pauvreté, précarité et sans-abri » – tous deux fléaux relevant d’approches soignantes multiples – alors qu’elle se montre publiquement juge et partie ? C’est dans l’attente de vos réponses que nous nous engageons dès à présent à transmettre celles-ci aux membres des associations que nous représentons, comme aux 32 000 citoyens qui ont signé en un mois la pétition s’indignant de celle que Mme  Wonner a soutenue.

Premiers signataires : Alain Abelhauser, président du Séminaire inter-universitaire européen d’enseignement et de recherche en psychopathologie et psychanalyse, Michèle Benhaim, professeur des universités, psychanalyste, Pascal Boissel, psychiatre, psychanalyste, président de l’Union syndicale de la psychiatrie, Hervé Bokobza, psychiatre, membre fondateur du Collectif des 39, Sébastien Firpi, psychologue clinicien, Roland Gori, professeur honoraire de psychopathologie des universités, psychanalyste, président de l’Appel des appels, Danielle Lévy, pédopsychiatre, psychanalyste, membre du Collectif des 39, Paul Machto, psychiatre honoraire des hôpitaux, psychanalyste, membre fondateur du Collectif des 39, Céline Masson, présidente de l’Association française de recherche sur les processus de création, Marie-Jean Sauret, psychanalyste, Claude Schauder, psychologue clinicien, président de l’association Lire Dolto aujourd’hui.

 

Suite à l’absence de réponse de Gilles Le Gendre, président du groupe parlementaire LREM, un deuxième courrier collectif lui a été adressé :

 

Monsieur G. Le Gendre

Président du Groupe REM

 

Monsieur le Président,

La lettre que nous vous avons adressée  le 12.12.2019 est restée sans réponse de votre part. Sans que nous puissions en connaitre les raisons, cette absence de réponse nous semble témoigner un mépris incompréhensible à l’égard des citoyens.

 

Nous ne faisions qu’attirer votre attention sur l’engagement d’une députée LREM  en faveur d'un groupe de pression réclamant que soient exclus des tribunaux, des hôpitaux et des universités la totalité des psychiatres et des psychologues se référant à la psychanalyse. Cette politique de discrimination et d’exclusion, constituant comme juge et partie une élue de votre Groupe en charge de Commissions parlementaires, nous paraissait inquiétante et nous souhaitions être rassurés. Nous nous permettons de la joindre à nouveau à ce courrier.

 

En outre et depuis, la situation a  quelque peu évolué : le nombre de signataires d’une pétition s’indignant des propos et racontars du texte soutenu par Mme Wonner  (http://chng.it/VsrmkfJjjX) a désormais dépassé 35 000 signatures et,  parmi d’autres [1], le Professeur  Patris, à qui  Mme Wonner  doit sa qualification de psychiatre, lui a fait part de sa réaction. Dans cette lettre ouverte [2] celui-ci lui rappelle  quelques vérités historiques et les conséquences dramatiques des préjugés, anathèmes et propos haineux dont la psychanalyse a déjà fait l’objet sous les régimes totalitaires. Il lui rappelle également les principes éthiques des praticiens et chercheurs en santé mentale dont l’élue de la République soucieuse du bien être de ses concitoyens devrait se souvenir.

En nous adressant à vous, nous souhaitons, Monsieur le Président, savoir si ce «dérapage» de Mme Wonner n’est qu'une malencontreuse initiative personnelle ou si sa position reflète la position de votre Groupe à l’endroit de nos professions et de nos références théoriques.

Recevez, Monsieur le Président,  nos respectueuses  salutations,

 

Alain Abelhauser, professeur des Universités (psychopathologie clinique), président du Séminaire Inter-Universitaire Européen d’Enseignement et de Recherche en Psychopathologie et Psychanalyse (SIUEERPP),  psychanalyste

Michèle Benhaim, professeur des Universités, psychanalyste

Pascal BOISSEL, psychiatre, psychanalyste, président de l'Union syndicale de la psychiatrie

Hervé Bokobza, psychiatre, membre fondateur du Collectif des 39

Sébastien FRIPI, psychologue clinicien, doctorant en psychanalyse et psychopathologie clinique, formateur en travail social, membre de l’Appel des Appels

Roland Gori,professeur honoraire de psychopathologie des Universités, psychanalyste, membre d’Espace analytique, président de l’Appel des appels.

Danielle Lévy, pédopsychiatre, psychanalyste, membre du Collectif des 39

Paul  Machto, psychiatre honoraire des Hôpitaux, psychanalyste, membre fondateur du Collectif des 39 

Céline MASSON, professeur des Universités, psychanalyste, présidente de l’Association Française de Recherche sur les Processus de Création

Marie-Jean Sauret, professeur  émérite des Universités, psychanalyste

Claude Schauder,  anc professeur assoc. des Universités, psychologue clinicien, psychanalyste, membre de l’Appel des Appels, président  de l’Association Lire Dolto aujourd’hui

A ce jour le Président LE GENDRE n’a pas daigné répondre à nos deux courriers. Par contre, de multiples sources nous apprenons la diffusion d’une lettre adressée à une de nos collègues dans laquelle il se démarque de l’initiative personnelle de Mme Wonner en reconnaissant les services et la place de la psychanalyse.

 

3. Courrier de Claude Schauder au Canard Enchaîné.

 

Cher Canard,

C’est un peu dommage que vous ayez jugé bon de « surfer sur la vague » de la condamnation unanime et légitime de Mr G. Matzneff en reprenant à votre compte ce vieux procès fait et refait à Dolto au sujet de certaines des phrases tirées d’une de ses interviews et qu’on retrouve dans « L'enfant, le juge et le psychanalyste », ouvrage paru en 1999 et qu’elle n’avait pas relu. (Elle était morte depuis 11 ans !). Regroupées, tronquées et extraites de la sorte de leur contexte, les réponses qu’elle donne à certaines des questions posées peuvent sans doute prêter à confusion pour qui ignore qu’elles portent sur certains des processus psychiques et sur des désirs inconscients à l’œuvre chez l’enfant. Laisser entendre que pour elle l’enfant est responsable de cette libido (dont elle a su parler et dont elle a permit qu’elle soit reconnue et respectée) relève d’un grave contre sens dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Vous rappelez d’ailleurs à juste titre qu’en 1977 Dolto avait condamné avec la plus grande fermeté l’initiation sexuelle des enfants et des adolescents par les adultes et les traumatismes que ces actes entraînaient.

Qui connaît son œuvre, ne serait-ce que superficiellement, sait ce que Dolto a pu apporter aux enfants d'hier et …d'aujourd'hui et combien étaient loin de ses pensées ce dont certains l’accusent ici.

Notons à propos de ces accusations injustes et perfides qu’elle comme d’autres psychanalystes sont actuellement l’objet que celles-ci posent des questions à notre société sur lesquelles je voudrais attirer votre attention et qui devraient intéresser vos lecteurs préoccupés par l'avenir de notre démocratie : de quoi la position du parti des REM à propos de l’interdiction faite aux psychanalystes d’exercer, aussi bien en tant que soignant dans les hôpitaux, comme expert dans tribunaux et comme enseignant dans les universités, que certains d’entre eux réclament à corps et à cris, est-elle la préfiguration ?

De quoi ces « Berufsverboten » (interdiction d’exercer une profession) de sinistre mémoire, que ceux-ci appellent de leurs vœux sont-elles le nom et que nous annoncent-elles en matière de « normalisation » des champs de l’enseignement, de la recherche, du droit et de la santé ?

Et puis, comment interpréter le refus du président du Groupe parlementaire des REM de désavouer les propos de la députée de la 4e circonscription de Strasbourg, Mme Wonner, qui signe des pétitions pleine de violence exigeant ces exclusions et qui les justifie en se réclamant indûment de la science là où il n’y a que scientisme, racontars et malveillance ?

Voilà les questions auxquelles je vous suggère, Cher Canard, de vous intéresser à présent, ne serait-ce que pour ne pas être soupçonné de hurler avec les loups de la pensée unique et de la haine de l’autre qui ne détestent rien autant que ce que représente la psychanalyse.

C’est en tous cas dans cette perspective que je vous fais suivre, Cher Canard, en pj de la présente, les courriers que nous avons fait parvenir à Mr G. Le Gendre et restés à ce jour sans réponse.

Je me tiens, bien évidement à votre disposition pour d’autres informations et vous adresse mes biens sincères salutations,

Claude SCHAUDER

Président de l’Association Lire Dolto aujourd’hui

 

4. Journée d’étude : Michel Foucault, Vérité et Jeux de Vérité

Mercredi 12 février | 10h-17h

MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME D’AQUITAINE

10 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac

 

Cette journée vise à répondre plus particulièrement à :

1. La question d’un « régime historique de la vérité »

Chez Foucault, la recherche d’une métaphysique de la « vérité » s’oppose de manière radicale à la question d’un « régime historique de la vérité », c’est-à-dire des règles historiquement instituées pour la saisir. La conception de la notion de vérité par Foucault vise à constituer une ontologie de l’actualité. Toute l’œuvre de Foucault est travaillée par cette conception de la vérité qui met en tension une position irréductible à l'individu qui la formule, et à la fois assujettie aux jeux de pouvoir historiquement actifs dans le « présent » des « vérités » qui nous constituent.

 

2. La notion de résistance subjective des singularités

La Généalogie des dispositifs de pouvoir concerne :

• Les pratiques de domination et les formes de gouvernement

• La structuration des processus de subjectivation, désignant la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité.

 

3. La question de la discursivité

La discursivité doit être pensée dans sa spatialité, dans sa dimension scénique (scène de la vérité). Dès lors, il faut s’attacher du point de vue d’une histoire de la vérité prise dans le mouvement vivant des « jeux de la vérité », à penser le rapport au corps qu’un sujet entretien comme « être parlant » dans l’énonciation d’une parole singulière.

 

5. Université populaire du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac

 

En décembre 2019, après 13 saisons d’Université Populaire, la philosophe et romancière Catherine Clément a clôturé la programmation éclectique et ambitieuse qu’elle avait initiée dès l’ouverture du musée en 2006. A partir de janvier 2020 une nouvelle programmation de conférences conçue par Olivier Bétourné, éditeur et historien, s’ancre dans l’actualité autour de trois cycles :

Où va le monde ?, Penseurs d’hier et d’aujourd’hui et Grands entretiens.

Entièrement gratuites, les conférences se déroulent en deux temps : une présentation d’une heure par un spécialiste à 18h30, suivie d’un temps d’échange et de dialogue avec le public.

 

6. Université Populaire du Toursky : Soigner en milieu psychiatrique.

 

Jeudi 6 février 2020 à 19h, salle Léo Ferré.

Avec Jacques Hochmann, Hélène Fresnel, Roland Gori, Marie-José Del Volgo & Richard Martin

 

CYCLE « SOIN, CULTURE ET DÉMOCRATIE »

Présenté par Roland Gori, Marie-José Del Volgo & Richard Martin

 

Dans une société qui promeut l’excellence, la performance, la conception d’un individu auto-entrepreneur de lui-même, le soin ne cesse d’être relégué à une place secondaire. Serait-il devenu superflu ? Pourtant dans une culture de soi et des autres, le prendre soin n’est- il pas l’une des conditions premières d’une démocratie vivante, soucieuse de former des citoyens responsables ?

 

Ce cycle consacré au soin dans ses liens avec la culture et la démocratie, entend réhabiliter sa place essentielle dans notre société. Faute de quoi, ne risquons-nous pas de perdre chaque jour davantage notre âme et le sens de notre vie ?

 

7. Colloque : "L'école privée de public ?"

 

« Le devoir de curiosité est urgent ces temps-ci. Antoine Vitez »

Vendredi 7 février 2020

Matin et Après-midi : salle des conférences de l’INSPE du Mans

Soiréé : cinéma le Colisée 11 rue du Port Le Mans

 

Vendredi matin

1) L’École publique reste notre avenir

Des militants pédagogiques dans l’école publique

9h table ronde animée par Philippe Meirieu

 

GFEN, ICEM

Présentations, démarches, échanges croisés. Des formes d'engagement collectif pour une alternative pédagogique.

Catherine Noyer présidente de la Fédération des Etablissement Scolaires Publics Innovants, Lycée expérimental de Saint Nazaire, Lycée Autogéré de Paris, Collège Lycée Expérimental d’Hérouville Saint Clair.

Histoire de l'expérimentation publique. Actualité.

Résister au libéralisme et au caporalisme

10h30 table ronde animée par Philippe Meirieu

Philippe Champy. La liberté pédagogique mise en péril

Sébastien Urbanski. L’idéologie du marché à la manœuvre sur l’école.

Thibaut Ackermann de l'Appel des Appels. Après le soin, la justice, le social, accélération sur l'école du Nouveau Management Public.

 

Vendredi après midi

2) Résister, combattre… et construire l’école publique

14h Conférence. Gérard Aschieri : le statut de la fonction publique condition de la liberté pédagogique et de l'alternative progressiste

15h Conférence. Paul Devin : dialectique de la liberté pédagogique et de l’intérêt général

16h Conférence. Philippe Meirieu : De l’Education nouvelle à Pisa et aux neurosciences : quels combats ?

 

Vendredi soir

3) Écoles alternatives ou alternative pour l’école ?

19h30 Projection au cinéma Le Colisée (6€50) : « Être plutôt qu'avoir », film d'Agnès Fouilleux.

21h Débat avec la salle, les intervenant-e-s de la journée, en présence de Philippe Meirieu (intervenant dans le film).

22h Synthèse, Philippe Meirieu.

 



Bonne année !

Le 02 janvier 2020

Toute l'équipe d'S'Pass Formation vous offre

ses meilleurs voeux

de santé, réussites, belles rencontres et riches échanges

tout au long de cette nouvelle année qui commence...

     ..

 

 



Formation continue psychomotriciens : Nos nouveautés DPC 2020

Le 18 décembre 2019

Bonjour à tous,

Pour l’année qui arrive, nous avons mis en place de nouvelles formations DPC pour les psychomotriciens et le personnel soignant et éducatif afin de mieux répondre à vos besoins professionnels et vis-à-vis de vos patients.

Certaines de nos formations continues les plus demandées ont été repensées et mises à jour pour 2020. On vous laisse les découvrir...

1. Formation Psychomotricité : Un bilan et après ?psychomotricité le bilan et ensuite ?

La grande nouveauté pour 2020, c’est notre Formation continue « Psychomotricité : un bilan, et après ? ». Une formation qui a pour objectif de pouvoir et savoir utiliser les informations révélées par le bilan psychomoteur, dans la compréhension des besoins du patient et dans le soutien d’une approche thérapeutique dédiée. Ainsi les objectifs pourront être définis avec même l’élaboration de trajectoire pour les atteindre. Cette formation remplace "Psychomotricité et cliniques actuelles" qui n’est pas reconduite en 2020.

Les objectifs pédagogiques de la formation Psychomotricité, le bilan et après ?

A partir de la connaissance du bilan psychomoteur et de sa pratique par les stagiaires, la formation propose d’interroger à qui et à quoi sert un bilan, ainsi que de mettre en relief son utilisation, au-delà d’une cotation, par les professionnels, les patients et leur famille, quelque soit le champ clinique concerné (clinique du bébé, l’enfant, l’adolescent ou l’adulte).

 Le stagiaire, à l’issue de la formation, acquiert les compétences suivantes :

  • Les principes organisateurs de la psychomotricité aux différents âges de la vie.
  • Les logiques psychomotrices repérables dans les cliniques spécifiques et actuelles.
  • L’observation psychomotrice : pivot de toute la pratique.
  • Les effets du bilan psychomoteur : une première mise au travail, une attention particulière, des ajustements à trouver.
  • L’organisation d’un écrit individualisé et d’une restitution dynamique et utilisable.

Public : Psychomotriciens D.E.

 

2. Formation Parentalité et Psychomotricité : le corps d'un bébé seul, ça n'existe pas !

Comme le titre de la formation l’indique, le corps du bébé ou du jeune enfant n’est pas une entité autonome, car qu’il s’inscrit dans du lien, des interactions constantes avec son environnement. Travailler avec le corps de l’enfant, en tant que psychomotricien(ne), revient à emprunter le chemin de l’histoire de la relation enfant-parents dans ce qu’elle contient d’inconscient, transgénérationnel et de culturel.

La Formation continue Parentalité et Psychomotricité, le corps seul d’un bébé, ça n’existe pas ! que nous vous proposons, explorera :

  • Le passage de la notion de famille à celle de parents
  • Bébé imaginaire vs bébé réel
  • La place des parents dans la prise en charge de l’enfant
  • Alliance et partenariat entre le psychomotricien et les parents
  • Les différents cadres de thérapies psychomotrices enfants-parents
  • Parentalité et transculturel

Et les thématiques travaillées pendant le stage aborderont plus précisément les références théoriques :

  • L’environnement selon D W. Winnicott
  • Les axes de la parentalité selon D. Houzel
  • Les parents : Figure d’attachement selon J. Bowlby

Les objectifs pédagogiques de la formation :

Les participants sont amenés à revisiter leurs pratiques cliniques afin d’accompagner au mieux l’enfant et d’assoir une alliance thérapeutique avec le parent. Le stagiaire, à l’issue de la formation, acquiert les compétences suivantes :

  • Connaître les processus de parentalisation
  • Accompagner la relation enfant-parents
  • Ajuster son cadre thérapeutique avec les parents
  • Favoriser une alliance thérapeutique avec les parents
  • Inclure le parent dans la prise en charge de son enfant

Public : Psychomotriciens D.E

 

Les formations continues de psychomotricien avec un grand succès

La plupart de nos formations sont reconduites pour 2020, certaines mises à jour, d’autres repensées, toujours pour mieux correspondre à vos attentes professionnelles et aux besoins des patients. Découvrez celles qui rencontrent le plus grand succès en 2020 :

 

Formation La Psychomotricité au service du bébé prématuré et ses parents

De plus en plus de psychomotriciens sont amenés à travailler en néonatalogie :

  • Quels repères leur donner pour qu’ils puissent répondre aux demandes d’intervention des équipes soignantes et aux besoins des bébés nés trop tôt ?
  • Quelles compétences doivent-ils posséder pour exercer au mieux leur art ?

formation psychomotricité bébé prématuréLe bébé prématuré, né avant la 37ème semaine, naît au monde avec un équipement tonico-moteur, sensoriel et physiologique qui n'est pas encore arrivé à maturité : Il ne possède pas l’équipement "corporel" adapté au milieu dans lequel il arrive et a de ce fait, besoin de soins bien spécifiques, adaptés à sa particularité d'être au monde.

Au-delà de simples acquisitions motrices, l’originalité de la thérapie psychomotrice adaptée au bébé prématuré, à la fois spécifique et globale, réside dans le fait qu’elle prend également en compte la particularité des liens qui se sont tissés au cours de la période périnatale difficile, afin d'accompagner au mieux l'enfant né avant terme et sa famille.

Objectifs pédagogiques de cette formation en Psychomotricité

  • Connaître les conséquences développementales liées à la naissance prématurée : petite et grande prématurité.
  • Comprendre, identifier et accompagner les enjeux dans le cas d’une naissance en catastrophe et d’une naissance préparée.
  • Etablir des liens entre les aspects neuromoteurs, affectifs et psychiques de ces bébés.
  • Améliorer le repérage des troubles pour adapter la prise en charge psychomotrice du bébé prématuré.
  • Développer le soutien et l’accompagnement à la parentalité en consultation.
  • Transmettre des connaissances précises sur le développement psychomoteur des enfants prématurés aux parents et aux autres professionnels les accompagnant (professionnels de crèche, médecins généralistes, paramédicaux, …)

Au cours de cette formation Psychomotricité du bébé prématuré, nous travaillerons les points suivants :

  • La prématurité : Définitions, Historique, Epidémiologie et statistiques, le service de néonatalogie.
  • La naissance prématurée :
    Les bouleversements engendrés pour les parents et pour l’enfant.
    Les principales étapes du développement neurosensoriel et psychique.
    Le processus du lien d’attachement.
    Les interactions précoces.
     
  • Les outils mis en place pour soutenir le lien d’attachement et le développement neuro-psychomoteur des bébés prématurés.
  • Après la sortie : le devenir développemental des « anciens » prématurés, de la prévention à la thérapie psychomotrice de l’enfant.

Public : Psychomotriciens D.E.

 

Formation la Graphomotricité : un acte Psychomoteur

La maîtrise du graphisme et de l’écriture est l’objet de toutes les attentions, tant éducatives que rééducatives. Bien au-delà de la technicité d’un apprentissage, elle met en jeu l’ensemble de l’organisation psychomotrice du sujet.

Cette formation propose un approfondissement de la réflexion clinique des psychomotriciens dans la prise en charge des troubles liés à la graphomotricité et à l'écriture.

La formation est organisée en 2 modules qui ne peuvent être dissociés et qui doivent être effectués dans l’ordre liés qu’ils sont tous deux dans un cheminement de pensée et de travail.

Le module 1 est axé sur l’acte graphique dans l’organisation psychomotrice du sujet avec pour objectifs pédagogiques :

  • Penser l’acte graphique dans ses composantes sensorimotrice, tonico-émotionnelles, relationnelles, psychiques et cognitives.
  • Comprendre la place et l’impact du geste graphique dans l’organisation psychomotrice du sujet.
  • Elaborer une démarche thérapeutique pertinente envers les patients présentant ces troubles, à partir de l’analyse des cas cliniques présentés.

Le module 2 propose un approfondissement de la réflexion théorico-clinique, et pratique, dans la prise en charges des troubles avec pour objectifs pédagogiques :

  • Connaître et utiliser les outils du bilan graphomoteur
  • Intégrer et articuler les outils du bilan graphomoteur à ceux du bilan psychomoteur
  • Elaborer une démarche thérapeutique pertinente envers les patients présentant ces troubles, à partir de l’analyse des cas cliniques présentées
  • Relier les troubles graphomoteurs à l’organisation psychomotrices du sujet

Public : Psychomotriciens D.E

 

Formation à la pratique psychomotrice en gériatrie

Cette formation a pour objet le travail du psychomotricien en gériatrie. Elle est organisée en 2 sessions, de façon à pouvoir approfondir, expérimenter et réinterroger sa pratique, afin de la rendre encore plus exploitable, une fois de retour sur le terrain clinique.

Le vieillissement de la population et les besoins d’accompagnement qui y sont liés sollicitent en effet de plus en plus les psychomotriciens. En effet, les problématiques psychologiques, psychocorporelles ou neurologiques du sujet âgé trouvent un écho particulier dans la pratique psychomotrice qui va mobiliser tous ces aspects de manière globale.

formation psychomotricité et vieillissementLe psychomotricien accompagne un sujet âgé, avec des parcours et des valeurs de vie spécifiques, présentant des maladies de civilisations qui désarçonnent les familles et les professionnels.

Ainsi, au cours de cette formation, nous aurons à cœur de parcourir ces différents domaines de compétence du psychomotricien en gériatrie afin d’accompagner au mieux les sujets âgés et leurs aidants.

Cette formation pour psychomotriciens a pour objectifs :

  • De définir le rôle et situer les actions du psychomotricien en gériatrie.
  • Acquérir une démarche thérapeutique en géronto-psychomotricité.
  • Adapter et renforcer ses savoir-faire et techniques psychomotrices à la population vieillissante.
  • Accompagner les aidants professionnels et familiaux.

L’apport des données spécifique et actualisées permettront une analyse des pratiques professionnelles.

Dans cette formation axée vieillissement et psychomotricité, seront travaillés plus particulièrement les points listés ci-dessous :

  • Le vieillissement normal et vieillissement pathologique : vers un continuum.
  • Les réaménagements de la vie : entre adaptation, innovation et création.
    Les contextes d’intervention : Maladies neurodégénératives et fonctions psychomotrices, le syndrome de désadaptation psychomotrice, les troubles anxio-dépressifs, la neurogériatrie (AVC, …), les symptômes psycho-comportementaux dans les démences (SPCD).
  • L’évaluation géronto-psychomotrice : démarche clinique d’observation, entretiens, échelles et grilles, analyse, élaboration du projet thérapeutique et rédaction du compte rendu.
  • La place de la psychomotricité dans les différentes institutions et participation aux projets de soin, de vie, d’accompagnement personnalisé…

Public : Psychomotriciens D.E.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de renseignements concernant les formations extra et intra-muros. Vous pouvez nous joindre :



Motricité libre et activité autonome : libérez les bébés !

Le 18 décembre 2019

Motricité libre et activité autonome : libérez les bébés !

Tout au long de sa vie, la pédiatre hongroise Emmi Pikler a démontré l’importance de la motricité libre qui inspire aujourd’hui bon nombre de professionnels de la petite enfance. Libre de ses mouvements, l’enfant nous prouve qu’il est pleinement compétent et autonome. A nous de trouver notre place pour l’accompagner sans interférer dans ses découvertes et son développement.

Pour lire la suite, suivez le lien : https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/psycho-pedagogie/pikler-loczy/motricite-libre-et-activite-autonome-liberez-les-bebes



1 ...