Actualités

  ... 13 ...  

Régresser pour grandir, Entretien avec Sophie Marinopoulos, psychologue, psychanalyste

Le 06 décembre 2018

Le développement de l'enfant passe par des phases de régression qui traduisent, non pas une involution, mais la nécessité pour lui de faire un retour en arrière pour mieux aller de l'avant.

Reprendre appui sur ce qui lui est connu et familier permet à l'enfant de traverser de moments d'angoisse, de tension... Ainsi, à l'occasion de la naissance d'un petit frère par exemple, l'aîné va réinvestir un jeu, un jouet de tout petit qui va le rassurer...

 

Eégres


Retours d'une formation intra-muros : " Les intégrations psychocorporelles et le travail en pataugeoire "

Le 09 novembre 2018

Cette formation a eu fin octobre dans un I.M.E. de la région Nord, voici quelques retours des stagiaires :

" J'ai compris le positionnement que doit avoir le soignant lors des séances de pataugeoire et le rappel des axes de travail va m'aider dans l'analyse de mes observations, et dans la rédaction " Amélie

" J'ai apprécié les points théoriques, toujours étayés par des exemples concrets " Isabelle

" C'est une chance de faire cette formation ! J'ai reçu un éclairage pertinent sur la mise en pratique, des connaissances théoriques et des pistes concrètes de travail " Pauline

" Je pourrai appliquer ce que j'ai appris lors de cette formation à la pataugeoire, en salle de psychomotricité également. L'analyse de cas cliniques a permis un éclairage sur certains comportements des jeunes et leurs émotions, et de ce fait, comment les accompagner le plus justement possible " Anne-Laure

 



Quels sont les effets du risque zéro sur la posture éducative ? Entretien avec Gérard Nevrand, sociologue

Le 02 octobre 2018

Le risque comme le désir sont inhérents à la vie Introduire le risque zéro dans l'éducation comme dans la vie en société est inopérant et dangereux car il donne lillusion que tout paraît se maîtriser. A l'instar de cette notion de risque zéro, le concept de plus en plus à l'oeuvre de parentalité positive laisse entendre que la  parentalité et les relations parents-enfants seraient dénués d'affects ambilvalents et contradictoires.

Entretien tourné à l'ocasion de la journée de réflexion sur le soutient à la parentalié "Atouts parents", orgnisée le 30 janvier 2018, par le Groupe Santé Josaphat et de la FC CPF, en collaboration avec Praxis, Le Méridien SSM, La Gerbd SSM, ANAIS SSM, O.N.E. et la Maison Rue Verte.

 



Formation "Approche psychomotrice des troubles psychotiques et des T.S.A."

Le 28 août 2018

Il reste encore des places pour la formation "Approche psychomotrice des troubles psychotiques et des T.S.A." prévue du mardi 9 au jeudi 11 octobre 2018, à PARIS.

 

La formation se propose de mettre au travail les participants autour de la question de l'abord thérapeutique, dans le champs de la psychomotricité, des pathologies constirtuées par les psychoses et autismes de l'enfant. Le but poursuivi sera double :

  • Donner les outils nosographiques et psychopathologiques indispensables pour comprendre les enjeux sous-jacents à ces situations cliniques, afin d'en cerner les différences et les possibles points communs. Un soin particulier sera donné au répertoire terminologique. La question du corps se trouvera mise au premier plan, permettant ainsi de dépasser les clivages théoriques afin de s'intéresser aux particularités psychomotrices, aux problématiques affectives et aux représentations psychiques qui les accompagnent.
  • Partant de là, proposer des pistes de travail pour envisager le soin psychomoteur tel qu'il est possible de l'apporter à ces enfants, ce soin articulant nécessairement la prise en charge des troubles psychomoteurs, ainsi qu'une meilleure intégration somato-psychique au sein du développement global de ces enfants.

N'hésitez pas à vous inscrire !

Vous trouverez ci-dessous la fiche du stage :

/upload/files/2018/ychose-tsa-18/approche-ymot-troubles-ytiques-et-des-tsa-18-1017(1).pdf



Comment l'enfant acquiert peu à peu la capacité d'être seul...

Le 14 août 2018

Entretien avec Claire Meersseman, psychologue clinicienne, psychothérapeute et thérapeute familiale.

Le bébé a un grand besoin d'être en relation sociale, qu'on s'occupe de lui. Dans les premières semaines de vie, une réponse rapide de ses parents à ses appels, ses besoins est nécessaire. Pour construire sa capacité à être seul, à supporter l'ennui, il aura besoin de s'appuyer sur la qualit de la relation, sur la confiance qu'il a dans les adultes.

Sa maman ou son papa qui lui dit "Oui, j'arrive, je prépare ton biberon" d'une voix apaisante, son doudou... vont permettre au bébé de supporter l'attente puis l'absence.

Si le bébé est confronté régulièrement à l'absence de réponse, le vide devient angoissant. Les moments de solitude risquent alors de rappeler sans cesse à l'enfant cette angoisse primitive.

Pour aller plus loin, découvrez le chapitre "La capacité d'être seul", extrait du Temps d'Arrêt, "Les trésors de l'ennui" de Sophie Marinopoulos.



  ... 13 ...